Plus de loisir et moins de travail

3 octobre 2019 Non Par admin7806

Avant-hier, je me suis rendu à Trondheim pour suivre un séminaire qui était particulièrement rare. L’inévitable question du temps de travail a tout particulièrement été au coeur de nombreux débats. Si nous avons eu droit aux interventions courantes dans ce genre de question. Mais une intervention m’a donné envie de vous l’exposer brièvement. A l’inverse des autres, l’orateur y décrivait pour quelles raisons l’homme allait travailler moins pour gagner de plus en plus. Et il ne s’agissait en outre pas d’une chimère : cette transformation était, expliquait l’intervenant déjà lancée. Depuis les premières heures. Les innovations qui sont nées au cours de la révolution industrielle nous ont en effet offert la possibilité de nous enrichir de manière globale, de vivre plus sainement, non seulement plus longtemps d’une part mais aussi en meilleure santé. La profession à notre époque exige moins de temps et sont moins dangereux pour notre santé. C’est simple : nous jouissons à présent d’une qualité de vie dont même les anciens rois ne pouvaient rêver il y a deux siècles. L’idée selon laquelle à l’avenir, nous devrons tous travailler jusqu’à 90 ans est par conséquent dépourvu de tout fondement. C’est le contraire qui va se produire. L’innovation rend le salarié plus productif et lui permet de travailler de moins en moins, de moins en moins durement, tout en gagnant en valeur ajoutée. Dans notre monde occidental, le temps où le secteur agricole occupait près de la moitié de la population active est désormais révolu. Grâce aux tracteurs, aux engrais, aux modifications génétiques et au développement des techniques agricoles. Au cours des deux derniers siècles, nous avons principalement dédié l’augmentation collective de notre espérance de vie et de notre richesse à davantage de temps libre. Le fait que nous devons aujourd’hui de nouveau travailler plus longtemps n’est qu’un aléa transitoire. Nous avons seulement pris de l’avance sur un pécule que nous n’avions pas encore bâtie. Cependant, l’estimation la plus probable touchant notre avenir nous laisse deviner toujours plus de richesse, moins de travail et plus de temps libre. Si je ne devais retenir qu’une chose en définitive de ce séminaire, c’est que, contrairement à ce que l’on dit, nous vivons une époque radieuse.