Il y a nécéssité de réguler le web

25 février 2020 Non Par admin7806

Nous pensons qu’il existe un besoin d’options beaucoup plus affectueuses et inventives par rapport à un contrôle unique, meilleure agence seo Lille en particulier parce que le passage de la communauté physique réelle sur la carte électronique est à long terme et a un effet sur les finances. techniques en myriade de techniques. À titre d’exemple, les organes directeurs pourraient bien réfléchir à la nécessité de mettre davantage l’accent sur la fiscalité supplémentaire (TVA), qui est prélevée à chaque étape de la chaîne de valeur. Plus le montant utile est élevé jusqu’à ce qu’il parvienne à l’acheteur final, plus le montant total de la TVA est élevé. Les entreprises de commerce électronique numérique doivent accorder une importance particulière au processus de publicité en aidant un vendeur à obtenir un client à proximité ou en améliorant la valeur perçue de la dernière marchandise. L’amélioration de la publicité doit augmenter les bénéfices des fabricants, les coûts d’information maintenus constants et l’amélioration de la TVA. Si le gouvernement perçoit les taxes sur les ventes comme une alternative à la TVA, alors ce dernier client, et non les fournisseurs ou peut-être les producteurs, paierait des impôts plus élevés sur le bénéfice accru. En outre, les progrès réalisés dans les performances publicitaires et marketing, induits par les sociétés de commerce électronique informatisées, doivent augmenter les revenus des sociétés voisines, en augmentant les impôts sur le revenu qu’ils dépensent. Donc, on peut soutenir que les taxes non payées par les organisations électroniques à l’étranger ne sont certainement pas totalement libérées du système. Ce qu’il faut, c’est un nouveau moyen de répartir l’intégralité de l’impôt sur le revenu entre les administrations régionales, les administrations régionales et les administrations fédérales. Nous reconnaissons que les pertes d’impôt sur le revenu dues à la diminution de l’utilisation de la propriété et au chômage résultant de la numérisation ne seraient pas récupérées grâce aux idées susmentionnées. Même dans ce cas, imposer la responsabilité de ces déficits aux entreprises du secteur électronique serait non seulement infondé, mais réduirait en outre le développement. C’est peut-être comme taxer une entreprise de courrier électronique étrangère pour financer les programmes d’aide sociale destinés aux postiers sans emploi. En résumé, le développement des noms de domaine corporels vers les noms de domaines électroniques est monotone, irrévocable et en accélération. Les sociétés reçoivent de manière significative une concentration mise à la disposition d’un certain nombre de géants de la technologie qui pourraient facilement déplacer leurs revenus et leurs redevances dans le monde entier. Les instances dirigeantes proches doivent donc faire preuve d’un peu plus de créativité tout en veillant à une imposition honnête et efficace et à un accord avec les conventions fiscales bilatérales..